Les meilleurs filtres et dispositifs pour gérer les COV et les odeurs dans les industries

Les composés organiques volatiles ou COV comme on les appelle plus souvent, sont très présents dans les industries. Il en est de même pour les odeurs en tout genre, provoquées par les matériaux et autres produits utilisés dans le processus de fabrication. Ces COV et ces odeurs peuvent s’avérer être nuisibles pour la santé de l’homme et même pour l’environnement. C’est pour cette raison que des dispositifs ont été mis au point pour permettre leur élimination.

Nous vous invitons à découvrir dans la suite, l’essentiel à savoir sur les COV et les odeurs dans les industries, ainsi que sur les filtres et les systèmes de traitement les plus efficaces pour les éliminer.

C’est quoi les COV ?

COV industrie

Les COV ou composés organiques volatiles sont tout simplement des substances qui peuvent facilement se retrouver dans l’air et être absorbées par notre organisme. En effet, lorsque ces composés se retrouvent dans un environnement à température ambiante, ils deviennent des gaz ou des liquides très volatiles. Ces COV se distinguent des autres composés par les éléments qui les constituent.

Ainsi, de manière générale, on retrouve moins de 12 atomes de carbone dans la chaine des COV. Ils contiennent plusieurs autres éléments parmi lesquels on peut citer : le brome, le chlore, l’azote, le fluor, le soufre et l’oxygène. Il existe au total plus de 1000 différents types de COV qui peuvent se retrouver dans l’air.

Toutefois, ceux qui sont les plus fréquents et dont on entend le plus souvent parler sont : le benzène, le méthane, l’isopentane, le propane, l’éthane, le toluène, le n-pentane, l’éthylène et le n-butane. Ces composés nuisibles pour l’organisme sont produits lors des processus industriels, plus précisément ceux qui font intervenir des dissolvants organiques tels que : l’aniline, le benzène, l’acétone, le tétrachlorure de carbone, etc.

Quels sont les systèmes de traitement des COV et des odeurs dans les industries ?

Etant donné que les COV et les odeurs dégagés lors des processus industriels sont nuisibles pour la santé, il est important de trouver une solution efficace pour les éliminer. Pour cela, les industries peuvent choisir entre plusieurs systèmes de traitement parmi lesquels on peut citer :

L’absorption par charbons actifs

Ici, la méthode consiste à utiliser des filtres à charbons actifs. C’est une stratégie qui permet de faire passer les gaz sur un lit de charbons actifs capable de traiter de petites molécules. Pour ce procédé, il est possible de placer le charbon dans des caissons, ou plutôt dans des tours, en fonction de l’importance du débit.

Il faut prévoir ici un budget relativement bas pour investir dans l’achat de l’équipement nécessaire. Par contre, pour le fonctionnement, il faudra un montant plus ou moins élevé, en fonction de la quantité de charbon nécessaire.

La bio filtration

Si vous optez pour cette méthode, vous aurez besoin de bio filtres. Le procédé consiste à faire passer l’air sur un lit qui sert de support pour les bactéries. Ce lit est placé dans une cuve maçonnée ou chaudronnée, et il en faut généralement plusieurs. Ce mode de traitement est idéal pour les émissions de COV régulières, mais qui ne présentent pas de pics importants.

Vous pourrez traiter des débits allant jusqu’à 100 000 mètres cubes par heure. Il faut noter aussi que le bio filtre est particulièrement efficace pour traiter les éléments organiques non soufrés. Le coût d’investissement nécessaire est moyen, mais pour le fonctionnement, un petit budget sera suffisant.

Le lavage de gaz

Pour ce système de traitement des COV dans les industries, vous aurez besoin de laveurs de gaz. Il s’agit de colonnes conçues pour le traitement de l’air, grâce à une mise en contact avec des réactifs par garnissage ou pulvérisation. A ce niveau, il faut savoir que vous aurez besoin d’un laveur spécifique pour chaque famille de composés.

Vous pourrez traiter jusqu’à 100 000 mètres cubes par heure, sans oublier que le procédé est aussi très efficace sur les odeurs. Le coût pour l’investissement et le fonctionnement sont tous deux moyens.

L’oxydation thermique, catalytique, récupérative ou encore régénérative

Pour finir, ce mode de traitement est celui qui fait intervenir les oxydateurs thermiques, catalytiques et autres. Il consiste à réaliser une oxydation des COV, à travers la combustion à plus de 750 °C, ou une combustion dite sans flamme, à moins de 400 °C. Si vous optez pour les oxydateurs thermiques régénératifs, vous pourrez profiter d’une meilleure récupération de l’énergie, car ils contiennent des échangeurs à base de céramique.

Cette méthode est efficace sur les solvants, ainsi que sur les fortes concentrations et les mélanges complexes. Comme vous pouvez vous en douter, le coût est élevé, aussi bien pour l’investissement que pour le fonctionnement.

Quels sont les dangers des COV sur les hommes et sur l’environnement ?

Déjà, il faut savoir que parmi les composants des COV, il est possible de classer quelques-uns en fonction de leurs effets sur l’homme et sur l’environnement. Ainsi, les composés considérés comme les plus dangereux pour la santé de l’homme sont : le chlorure de vinyle, le benzène, le 1,2 dichlorométhane. Ils peuvent provoquer toutes sortes de maladies respiratoires ou même des cancers, en fonction de la quantité et de la durée d’exposition.

Les composés qui sont en mesure de nuire à l’environnement peuvent être regroupés en deux classes. La classe A est celle qui concerne les composés extrêmement nuisibles à l’environnement. Ils peuvent porter gravement atteinte à la couche d’ozone, et accélérer ainsi le phénomène de réchauffement climatique. Il s’agit de : l’aniline, l’aldéhyde acétique, le trichloroéthylène, etc. La classe B quant à elle, regroupe les composés ayant un faible impact sur l’environnement. Il s’agit entre autres de l’éthanol, l’acétone, etc.

C’est donc pour éviter de détruire l’environnement et pour préserver la santé des hommes, que la législation prévoit des limites à imposer aux industries. Pour les respecter, la meilleure solution est de choisir au plus vite une méthode de traitement des COV et odeurs dans votre industrie.